Catégories
Uncategorized

Des grands séminaires pour l’Archidiocèse de Toamasina

Le jour du Dimanche 02 Octobre 2022 restera à jamais encré dans l’histoire de l’Archidiocèse de Toamasina. C’est à cette date qu’a eu lieu l’inauguration et la bénédiction du grand séminaire interdiocésain Saint François de Sales à Analamalotra, une localité de 7 km au Nord de la ville de Tamatave. L’évènement est présidé par Son Eminence Monseigneur Désiré Cardinal TSARAHAZANA, Archevêque de Toamasina, en présence de l’Ancien Nonce Apostolique de Madagascar, des trois évêques de la région ecclésiastique Est de la Grande Île, et d’autres évêques de la conférence épiscopale malgache. Il est également honoré par la venue de l’autorité étatique malgache, présidée par Son Excellence Andry RAJOELINA, président de la république. Mais le fait le plus notable de cette cérémonie reste la présence des douze milles fidèles chrétiens laïcs qui ont fait le déplacement de toutes les régions de Madagascar pour assister à cet évènement majeur dans l’histoire du christianisme dans l’archidiocèse de Toamasina.

Quel serait donc l’enjeu de ce grand séminaire ?

A titre d’information, l’Eglise de Madagascar est composée de vingt-deux diocèses, repartis en cinq régions ecclésiastiques dont la dernière créée en date est celle de l’Est de Madagascar composée de l’archidiocèse de Toamasina, du diocèse d’Ambatondrazaka, de Moramanga et celui de Fenoarivo Atsinanana.

Avant la création de ce grand séminaire, chacun de ces diocèses susmentionnés envoient leurs grands séminaristes dans diverses maisons de formation des autres régions ecclésiastiques ce qui impliquent des difficiles déplacements des étudiants pour rejoindre ces grands séminaires. Mais le problème majeur reste la formation disparate reçue par les séminaristes car il y en a qui vont dans la région Nord, d’autres au Centre, tandis que les restes dans la région Sud-Est de la Grande Île. Cela induit incontestablement à une formation déracinée du contexte et de la culture locale de la région Est de Madagascar alors que l’Eglise encourage la pratique de l’inculturation dans l’évangélisation et la propagation de la Foi.

Tous ces faits militent en faveur de la création d’une maison de formation des futurs prêtres au sein même de la région ecclésiastique Est de notre pays. C’est pour cette raison que dès le lendemain de l’érection de l’Archidiocèse de Toamasina le 26 février 2010 et la constitution de la région ecclésiastique de l’Est, la création des grands séminaires devient l’une des priorités des évêques de cette région. Le diocèse de Moramanga a mis son nouvel évêché à la disposition de la circonscription ecclésiastique nouvellement créée pour abriter un grand séminaire de philosophie, tandis que les étudiants en théologie vont encore à Antananarivo pour suivre leurs études. Avec la mise en place de la maison de formation à Analamalotra Toamasina qui va recevoir les étudiants en philosophie, celle du Moramanga va devenir un théologat.

Un fait important qu’il faut noter quand nous parlons du grand séminaire d’Analamalotra est la participation active des fidèles chrétiens laïcs dans la mise en place de cet établissement. Cela se manifeste dans diverses tâches et travaux préparatoires comme le nettoyage, la logistique et d’autres encore.

 

Tout de suite après cette grande festivité du 02 octobre 2022, le grand séminaire Saint François de Sales à Analamalotra Toamasina va recevoir les étudiants en philosophie pour entamer l’année académique 2022 – 2023 tandis que celui du Saint Jean Marie Vianey à Moramanga, reconverti en théologat va accueillir les étudiants en théologie pour la même année de formation

Catégories
Social et Dévelopment

Un regard sur les œuvres des Sœurs de la congrégation religieuse ASMI à Toamasina

La congrégation des Sœurs de Marie Immaculée d’Assise est originaire de l’Inde dont le charisme est puisé sur la figure du Christ humble, aimant les pauvres, les vulnérables, les malades et se mettant à leur service.

Elle est arrivée à Madagascar, plus précisément dans l’archidiocèse de Toamasina, le 30 aout 2019, par l’intermédiaire de trois sœurs, mais dû à la pandémie du covid-19, qui a également affecté notre pays, les sœurs n’ont pu commencer à travailler que le mois du janvier 2021.

Leurs missions au niveau de notre archidiocèse peuvent être classées en trois catégories :

  • Il y a d’abord la direction du dispensaire « le Bon Samaritain » à Toamasina, qui reçoit journalièrement des malades de tout genre avec un accès particulier pour les pauvres qui bénéficient d’une quasi-gratuité des soins.

  • Il y a aussi les missions que nous aimérions appelée « mission de proximité » car ses sœurs ne se contentent pas de recevoir des malades au sein du dispensaire mais se déplacent pour rejoindre leurs patients là où ils sont. Parmi cela nous pouvons évoquer la visite hebdomadaire au sein de la maison carcérale de Toamasina pour apporter un soutien médical aux détenus ; mais aussi la visite, trois fois par semaine, au sein des villages reculés qui n’ont pas accès au soin médical approprié.
  • Et enfin il y a la réalisation des divers projets de notre archidiocèse en matière de santé publique, entre autres le programme d’assistance médicale et nutritionnel des femmes enceintes ; des enfants malnutris et divers programmes de vaccination.

Fidèles à leur charisme, ces sœurs sont des alliés indispensables de l’archidiocèse de Toamasina dans son œuvre de servir les malades pauvres et vulnérables et qui ne bénéficient de la moindre assistance de l’Etat Malgache.

Catégories
Uncategorized

A Mazamet et Andovoranto, une même ferveur !

Plus de 2000 pèlerins étaient présents ces 4 et 5 décembre 2021 à Andovoranto, sur le lieu du martyre de Mgr Henri de Solages !

Ils arrivaient des différentes paroisses du diocèse de Tamatave, après des heures de trajets par des routes ou des chemins bien difficiles.

Le dernier parcours se fait à pied pour rejoindre la chapelle qui fait face à l’Océan et a été inaugurée en décembre 2014.

Christian Calmels, qui représentait le diocèse d’Albi, témoigne avec admiration :

« Quelle ferveur dans ce pèlerinage et quelle beauté de voir cette grande foule de pèlerins, prier et passer la nuit dans le recueillement (enseignements, confessions, adoration) en la mémoire d’Henri de Solages.

J’ai partagé deux jours de prières et de vie à Andovoranto aux côtés de Monseigneur le Cardinal Désiré et de ces frères et sœurs de tous âges. »

A Mazamet, une même ferveur en l’église Saint-Sauveur durant la messe présidée par Mgr Jean Legrez !

 

Autour de l’Archevêque, le P. Laurent Pistre, curé de la Paroisse du Christ-Roi, et le P. Louis de Boisséson

Tout au long de la célébration, la communion avec le pèlerinage malgache qui avait été signifiée fortement en début de célébration, fut perceptible dans le recueillement de l’assemblée.

 

 

Et les chants malgaches s’alternant harmonieusement avec les cantiques tarnais ont diffusé une atmosphère festive qui faisait oublier la météo pluvieuse de la journée.

 

 

Le cheminement du Jumelage entre nos deux diocèses fut présenté brièvement aux paroissiens à la fin de la messe.

Durant l’après-midi, les liens qui relient nos deux terres furent présentés plus amplement : ils datent désormais de près de 190 ans !

 

 

Ils se renforcent maintenant avec ce Jumelage et cet événement annuel fêté cette année pour la 6ème année consécutive dans le Tarn (précédemment à Albi, Castres, Lavaur, Saint-Sulpice puis Carmaux).

Le témoignage d’Olivier récemment rentré avec sa femme et leurs jeunes enfants après deux ans de coopération au service du diocèse de Tamatave, a frappé les participants ; il en ressortait un message fortifiant de joie, dans le vécu persévérant du don, de l’échange entre cultures et de la prière.

De belles images de l’engagement de l’Église diocésaine ont permis de mesurer l’impact primordial de ses réalisations et de ses projets pour le développement intégral de toute la population.

Merci à Sœur Marie-Sabine, Missionnaire de l’Évangile, et à Sœur Marie-Denise, Fille de la Charité du Sacré Cœur de Jésus, pour avoir partagé leur cheminement vocationnel et un peu de ce qu’elles vivent au quotidien dans notre diocèse.

A des milliers de kilomètres de leurs racines, elles ont toujours conscience des différences de climat, de mentalité, d’habitudes -même ecclésiales-…

Ce qui les anime et les rend heureuses, c’est le désir de témoigner de Jésus par leur vie.

 

 

Petit « clin-Dieu » : dans l’église Saint-Sauveur, la petite chapelle Notre-Dame du Bonheur présente une Vierge noire !

 

 

Le bonheur de notre diocèse passe assurément – nous l’expérimentons- par la communion avec nos frères et sœurs d’autres pays, ceux de Tamatave en particulier…

Rose-Line C., membre du Comité de Jumelage tarnais

 

Catégories
Uncategorized

Evènements marquant l’année 2021

L’année qui s’est achevée a vu la finalisation de certains projets, le début d’importantes œuvres de développement dans le Diocèse ainsi que l’érection de grandes infrastructures.

A Betainomby :

  • L’achèvement de l’implantation du Dispensaire « Le Bon Samaritain » inauguré le 23 Janvier 2021
  • La Bénédiction du Foyer Victoire RASOAMANARIVO, un « Centre de Réinsertion socio-économique » pour les filles-mères, érigé pour aider et soutenir des jeunes filles en difficultés par rapport à leur famille d’origine ou par rapport à la communauté locale de base. Ce centre est appelé à promouvoir divers programmes de formation selon leur besoin afin de les aider à se défaire d’une dépendance socio-économique permanente
  • La Maternité, quant à elle, est érigé à Betainomby à côté du Dispensaire. Débutée le 23 Janvier 2021 lors de la pose de première pierre, elle fut avec le Foyer Victoire RASOAMANARIVO bénite le 27 Novembre 2021. Ces deux infrastructures ont été présentées au public lors du passage du Président de la République qui s’est enquis de l’avancement des travaux le 09 Décembre 2021

A Analamalotra :

  • Le Grand Séminaire d’Analamalotra, dont le pose de la première pierre a eu lieu le 23 Janvier 2021, est actuellement aux 60% réalisé. On espère l’inaugurer en Septembre de cette année 2022 afin qu’il puisse accueillir la prochaine rentrée des Séminaristes (2022-2023).
  • L’Hôpital du Diocèse, pareil à l’infrastructure du Grand Séminaire, est en phase de construction intense. On se demande pourquoi un Hôpital alors que la création d’emplois s’avère un problème crucial pour la Région : c’est que cet hôpital s’oriente vers les plus pauvres et les plus démunis. Ceux-là qui n’ont que peu de pouvoir ou rien pour se soigner. L’Eglise se soucie de tous ses enfants et plus particulièrement de ceux-là qui n’ont personne pour leur venir en aide.
Catégories
Uncategorized

ODDIT: les projets en cours d’exécution

  • En partenariat et financé par CRS, l’ODDIT œuvre dans les projets de « ZARA RANO », « RANO WASH ». Pour le Projet ZARA RANO, l’objectifest d’améliorer l’accès à des services d’eau potable et durables de la population dans les zones rurales de la région d’Atsinanana ; tandis que pour le Projet RANO WASH, l’objectif est d’augmenter l’accès équitable et durable aux services WASH afin de maximiser l’impact sur la santé et la nutrition humaines et préserver l’environnement.

 

  • Le Projet SPICES FY21, est un projet devant contribuer à l’amélioration du bien-être des ménages et des communautés de petits exploitants agricoles de la Région Est de l’Ile par leur savoir-faire et de se dépasser les incongrues de la vie. Le projet les servira de plusieurs manières : restaurer les terres grâce à la production agroforestière ; mobiliser le gouvernement, les entreprises et les collectivités pour améliorer la gérance de l’environnement ; augmenter les opportunités pour les jeunes ; et améliorer l’éducation et la santé des agriculteurs.

 

  • Le Projet TOLOTANANA, c’est la suite du Projet : « Appui à l’humanisation du milieu carcéral de Toamasina ». Tolo-tanana se propose pour but d’améliorer l’accès à la Justice et aux services de base, pour la couche vulnérable de la population dans le Diocèse. Il se répartit en trois volets : un centre d’écoute où l’on acquiert des conseils et des orientations dans les démarches administratives – un bureau de pôle anti-corruption pour sensibiliser la population – et un bureau pour soutenir les détenus dans les maisons carcérales. Ce projet en cours d’élaboration sollicite la participation des personnes de bonne volonté dotées d’un savoir-faire, des cadres des entreprises et d’autres qui aimeraient contribuer à l’impartialité des activités en milieu carcéral.

 

 

  • Le Diocèse de Toamasina avec l’ODDIT travaille actuellement pour un Projet d’accompagnement des jeunes femmes enceintes vulnérables dans le quartier de Betainomby. Les objectifs sont de les accompagner durant les dernières phases de leur grossesse et aussi de limiter les risques pour l’enfant à naitre chez les jeunes femmes enceintes vulnérables dans le quartier de Betainomby.

 

  • Dans de ces activités socio-humanitaire, l’ODDIT intervient aussi dans un projet Fille-Mère dont l’intitulé est : Réinsertion socio-économique des jeunes filles en difficulté dans le Diocèse de Toamasina. Cette action est menée pour aider les jeunes filles en situation difficile à retrouver une autonomie sociale et financière grâce à des diverses formations soutenues par le projet avec l’aide des religieuses et des professionnels.

 

 

  • Dans l’aide des pauvres et des plus démunis, l’Eglise étant mère de ces vulnérables, a mis en place un projet de nutrition pour les enfants. Nommé : Projet de renforcement nutritionnel des enfants vulnérables dans les paroisses de la ville de Toamasina, le diocèse de Toamasina a réalisé du mois de Juin à Septembre de cette année 2021, un projet de soutien, pour les enfants vulnérables. Ainsi, neuf paroisses ont pu bénéficier de cet apport nutritionnel dont les suivantes : Paroisse Saint André KIM (Botanique), Saint Jean (Morarano), Saint Paul (Mangarivotra), Saint Jean XXIII (Andranomadio), Saint Jean-Baptiste (Analankininina Dépôt), Saint Eugène de Mazenod (Tsarahonenana), Sainte Thérèse (Salazamay), Saint Jacques Berthieu (Tsararivotra) et Saint Louis de Montfort (Tanamakoa). Le résultat de ce projet a dépassé l’objectif qu’il s’est proposé : en effet 507 enfants ont pu bénéficier de cet appui nutritionnel pendant trois mois, pour 41 séances de distributions, en trois (3) fois par semaine. Ainsi 20787 repas équilibrés ont été servis.

 

  • Pour préserver la santé et la sécurité de la population, un projet spécifique a été lancé pour lutter contre la pandémie que le monde entier traverse en ce moment. Ce Projet est la promotion et la réalisation des vaccinations COVID-19. L’objectif est d’augmenter le nombre de la population sensibilisée et vaccinée contre le Covid 19 dans la région Atsinanana.

Tous ces projets et initiatives sont pour la plupart financé par des bienfaiteurs tel que MISEREOR. L’ODDIT en est l’initiateur et n’intervient que dans la réalisation de l’aide et l’appui des populations vulnérables dans la ville de Toamasina.