Maison carcérale de Toamasina: l’un des champs d’action de l’archidiocèse de Toamasina

Dans une nouvelle collaboration, l’ECAR Archidiocèse de Toamasina et MISEREOR d’Allemagne unies à nouveau leurs forces pour mettre en œuvre des programmes de développement en commençant par un projet dans le milieu carcéral .
L’objectif de cette collaboration est la contribution à l’amélioration de condition de détention à la maison centrale de Toamasina.Les objectifs prioritaires de ce projet sont une amélioration de la qualité de pris en charge des détenus au niveau nutritionnel pour lutter contre la carence alimentaire, apport d’un soutien pour le manque d’assistance familiale. Au niveau sanitaire pour le problème liait à la santé, la réinsertion sociale des détenus à la vie sociale et surtout l’avancée rapide des procès judiciaires des dossiers non jugés.
Le projet a débuté au mois de février 2020. Dans ce premier mois, la présentation du projet sur toutes ses formes a été faite avec les différentes entités dont l’aumônerie catholique de prison, la commission justice et paix et l’avocat rattaché à ce projet pour mener ce projet à terme.
Même si le projet MISEREOR commence petit à petit, le résultat aura un grand impact sur la vie des détenus sujets de ses différentes activités parce que nos débuts tombent au bon moment. En cette période de carême il est très important de faire savoir au grand public la réalité de la vie carcérale et le moyen de partager cette réalité a été fait le 01 mars 2020 par une séance de radiophonique présenter par le père Didona membre de la commission justice et paix.
Pour avancer, grâce au soutien donner par le directeur régional d’administration pénitentiaire et le chef d’établissement, facilite l’entretien direct avec les personnes détenues et les responsables des activités du projet MISEREOR.
En collaboration avec une autre organisme qui apporte déjà une aide nutritionnelle à la maison carcérale de Toamasina, le problème de la carence alimentaire qui provoque la malnutrition de certains détenus est bien contourné.
Dans ce projet il y a une activité qui est consacrée à noyer des liens entre les familles et les personnes détenues, une fois encore une séance radiophonique a été diffusé le 06 mars 2020 pour la préparation de la fête internationale de la femme et pour cela l’émission a répandu une chanson chanter par les femmes détenues qui réclament de l’aide au CHRIST et à leurs proches pour leur apporter de l’aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *