SUITE DES ACTUALITES

Reprise du Projet TARATRA

Dans le cadre de la bonne gouvernance minière à Madagascar, le projet TARATRA dans le Diocèse de Toamasina a été mise en œuvre en 2013 et prend fin en Juin 2016.
Après presque une année de suspension, le projet TARATRA reprend son activité. Ainsi la journée du 09 Juin 2017 a été dédiée au lancement officiel de la reprise du projet.
Son Excellence Monseigneur Désire TSARAHAZANA Archevêque de Toamasina a ouvert cette cérémonie vers 10h00, dans la salle paroissiale de la Cathédrale Saint Joseph ; vingt-neuf (29) personnes ont répondu à l'appel.
Monseigneur a apporté un regard sur tout ce qui a été fait antérieurement et sur les perspectives d`avenir du projet. Il appelle ainsi à la collaboration de tout le monde dans ce projet.
Apres l'équipe de Coordination s’est lancée dans la présentation de ses nouveaux membres, mais aussi sur la présentation du projet dans sa globalité. Des nombreuses doléances ont été recueillies durant les échanges :
* Mariage précoce des jeunes files se trouvant près des zones d`extraction
* Abandon de l’école pour travailler dans des mines
* Les orpailleurs ne font pas de déclaration auprès de la commune
* Les routes deviennent impraticables à cause des engins et camions
* Les ristournes ne sont pas encore payées par Ambatovy
Durant la séance de question-réponse, Monsieur le Directeur Interrégional du Mine a apporté des éclaircissements sur les rumeurs qui circules concernant les exploitations illicites, les ristournes, les clés de répartitions de ristourne, ainsi que les différentes phases avant l’exploitation minière.
La réunion de lancement officiel du projet TARATRA s`est clôturé à 11h 35mn et les invités se sont rentrés chez eux.

Publié le 2017-06-16

Des volontaires américaines dans notre diocèse

Hannah Sambor (hsambor@villanova.edu)
My name is Hannah Melanie Sambor and I am from the state of Illinois in the United States of America (USA). I speak English, French, and Ukrainian. In September this year, I will begin my fourth year of undergraduate studies at Villanova University in the state of Pennsylvania in USA. At the University I study Biochemistry and French. I will graduate from Villanova University in May 2018. After graduating, I will intern at a hospital and apply to medical school. In the future, I hope to become a doctor to treat cancer, also known as an Oncologist. I would prefer to practice medicine internationally either in France, Africa, or Eastern Europe.
This summer I am an intern for Catholic Relief Services (CRS). CRS works with Organe de Développement du Diocèse de Toamasina (ODDIT) on the Fararano Project. From June 10th to July 15th, I am working at the office of ODDIT to help improve malnutrition and health, agriculture, natural disaster and shock resistance, potable water availability to rural villages in Madagascar. As a student studying French, I will help the ODDIT office translate official documents in French and English as well as help facilitate communication between my colleagues and fellow students in the ODDIT office. I am very excited to have this experience in Madagascar and learn about its remarkable culture and language! Salama!

Nicole Anderson (Nanders7@villanova.edu)
Hello! My name is Nicole Catherine Anderson and I am from the state of Minnesota in the United States of America (USA). I am 20 years old and I study Business (specifically Finance and Marketing) at a Catholic university in the United States of America (USA) called Villanova University. I have also studied Business in London, England. When I finish my undergraduate degree, I will continue my studies in a Masters of Business Administration (MBA) program. My goal is to work for an international business or organization that helps provide clean water and access to health services for people in poverty.
This is my first time traveling to Africa, and I am here in Madagascar to be an intern for Catholic Relief Services (CRS) from June 10th to July 15th. For the next 5 weeks I will use my studies to help the staff at ODDIT create a business plan for new water points damaged by Cyclone Enawo, and improve the community lending programs for Malagasy entrepreneurs known as Saving and Internal Lending Communities (SILC) . Additionally, I will also volunteer with other parts of the Fararano Project such as distributing seeds to fokotanys and teaching mothers about child nutrition. I am very grateful for the opportunity to stay at l’evêche de Toamasina during my time in this beautiful country!

Maggie Sanborn (Msanbor2@villanova.edu)
My name is Maggie Sanborn. I study at Villanova University in the United States. At Villanova, I study business and economics. I will graduate in May of 2018. I am from the state of Vermont, which is very close to Canada. It is very cold in Vermont year-round. In my free time, I love hiking. I have hiked most of the Appalachian Trail in the state of Pennsylvania.
I am spending two months in Madagascar as an intern with CRS and their partner ODDIT (Organization of Development for the Diocese of Toamasina). I will participate in the Fararano project. Specifically, I will be developing business plans and working with value chains in agricultural projects. I am very excited to be staying at the évêché for my time in Tamatave and to learn Malagasy language and culture. Here is a picture of my trying a coconut in Tamatave!

Publié le 2017-06-16

Des volontaires MEP à Toamasina

Arrivées avec les Missions Etrangères de Paris, nous sommes actuellement trois volontaires en mission à Tamatave.
Les MEP regroupent 200 prêtres qui sont envoyés en mission à travers l’Asie et Madagascar.150 jeunes volontaires sont également envoyés chaque année dans ces pays. Le principe des MEP est d’être « envoyé en mission ». Ce n’est pas nous qui choisissons le pays ni la mission. Lorsque nous partons avec les Missions Etrangères de Paris, nous acceptons de donner de notre temps et de notre personne dans la mission que l’on nous confie sous la bienveillance de Marie et des communautés qui prient pour nous depuis la France. A Tamatave, nous sommes accompagnés par un père MEP, le père Thomas – économe du diocèse depuis 2 ans.
Amicie, fraîchement arrivée depuis trois semaines finit sa formation en tant qu’ingénieur en bâtiment. Elle est ici pour une période de sept mois jusqu’au mois de décembre pour aider dans la construction des bâtiments appartenant au diocèse.
Ariane présente ici depuis le mois d’Octobre et pour une période d’un an aide le père Thomas dans ses missions à l’économat du diocèse. Elle donne également des cours de catéchisme le samedi.
Hedwige est ici depuis 9 mois et pour encore 3 mois. Ses missions sont l’enseignement du français dans des écoles primaires et le catéchisme le mercredi et samedi à la paroisse francophone. La joie de la mission et la même foi nous réunissent dans un esprit de rencontre et de partage.

Publié le 2017-06-14

Message de la Conférence Episcopale de Madagascar (13 mai 2017)

Vous trouverez ici le text intégral (en Malagasy) du message de la Conférence Episcopale de Madagascar lors de l'assemblé pléniaire du 10 au 17 mai 2017. La version pdf est disponible dans les archives de ce site web.

Publié le 2017-05-22

Derniers jours à Madagascar pour Jean-Baptiste Crépin !

Séminariste du diocèse d’Albi (sud de la France), il termine son stage de régence passé au petit séminaire Saint Paul Androranga. Arrivé à Toamasina en septembre 2015, il avait bien commencé son stage par les JMJ de Fianarantsoa. Puis, il s’est installé au petit séminaire où il enseigna le français. Il partagea aussi sa mission auprès des prisonniers et des personnes handicapées de la maison de la Charité. Mais son séjour ne se limita pas à la ville de Toamasina. Durant le mois d’Août 2016, il participa à une rencontre du FET à Masomeloka où il prolongea son séjour en brousse jusqu’au JMJ diocésaines de Vatomandry. Heureux d’avoir donné de son temps et de sa personne, il n’a qu’un regret, celui de ne pas avoir pu s’investir d’avantages et mieux encore. Mais c’est un encouragement et une motivation de revenir pour servir l’Eglise de Toamasina dans le cadre du jumelage qui unit notre diocèse au diocèse français d’Albi.

Publié le 2017-05-18

Invitation

Mgr Désiré TSARAHAZANA, l'Archevêque de Toamasina,
vous invite cordialement à venir rehausser de votre présence,
"la Bénédiction de la nouvelle maison de la Radio Catholique Masôva (RCM),
sise à Androranga, qui aura lieu le jeudi 25 mai à 16h30.
A la fin de la cérémonie, vous êtes conviés au verre d'amitié qui se tiendra à la grande salle du petit séminaire.

Publié le 2017-05-07

Journée mondiale de prière pour les vocations (07 mai 2017)

Comme chaque année, l’archidiocèse de Toamasina n’a pas manqué de célébrer la journée mondiale de prière pour les vocations et la fête du Bon Pasteur. La messe a été présidé par le Révérend Père Jean Aimé RAKOTOARIMISY, Vicaire Général, honorée par la présence de nombreux prêtres de l’archidiocèse de Toamasina, les autorités de la ville, ainsi que les fidèles chrétiens qui sont venus très nombreux et dont le nombre ne cesse d’accroitre chaque année. « Jésus Christ est le Bon Berger qui donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10, 11), tel est le thème développé tout au long de la célébration, et lors de son homélie, le Père Vicaire Général a souligné l’importance du rôle de Jésus Christ Bon berger car lui seul connait ses brebis. Il est l’unique portail à travers lequel les brebis entrent dans l’enclos. Il souligne à l’occasion, que pour y rester, les brebis devront lire quotidiennement la Parole de Dieu, prier constamment, et recevoir et vivre les sacrements.
On a célébré également, lors de cette journée, la 54è anniversaire du Petit séminaire Saint Paul Androranga, dans lequel 37 séminaristes y font leur formation, au cours de cette année académique 2016-2017. Après la messe a eu lieu un repas familial et La journée de 07 mai 2017 a été clôturée par une prestation des différents chorales et mouvements au sein de l’Eglise catholique de la grande ville de Toamasina, ainsi que celle des petit séminaristes d’Androranga. (RAZAFINTSALAMA)

Publié le 2017-05-15

Messe à Fatima : le Pape bénit les personnes malades

(RV) À la fin de la messe de canonisation Saint François Marto et Sainte Jacinthe, sous les arcades de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire à Fatima, le Pape François est allé bénir les personnes malades. Des enfants et adultes, en fauteuils roulants pour beaucoup, accompagnés des hospitaliers du Sanctuaire. Il leur a rappelé que dans leur souffrance et leurs blessures se cache Jésus, comme il est «caché mais présent dans l’Eucharistie», car Il «sait ce que signifie la douleur, il nous comprend, nous console, et nous donne la force».
Cent ans après être apparue à Fatima, aujourd’hui la Vierge Marie répète à tous la demande qu’elle a faite aux pastoureaux : «Voulez-vous vous offrir à Dieu ?». Le Saint-Père donne la réponse : «chers malades, vivez votre existence comme un don et dites à la Vierge, comme les pastoureaux, que vous voulez vous offrir à Dieu de tout votre cœur». Car avec leur maladie, ils sont des témoins du Christ qui a souffert et ont une vraie place au sein de l’Église. «Ne vous considérez pas seulement comme des destinataires de solidarité caritative, mais sentez-vous pleinement participants de la vie et de la mission de l’Église» leur a lancé le Pape. Il les a invité à offrir à l’Église leur «présence silencieuse mais plus éloquente que beaucoup de paroles», leur «prière, offrande quotidienne de leurs souffrances». Accepter avec patience et joie leur conditions «est une ressource spirituelle, un patrimoine pour toute communauté chrétienne. N’ayez pas honte d’être un trésor précieux de l’Église» les a assuré le Saint-Père.
Il les enfin appelé à confier leurs douleurs, leurs souffrances, leur fatigue au Saint-Sacrement que le Pape a présenté devant les malades à la fin de la messe de canonisation.

Publié le 2017-05-15

Le Pape ordonnera dix nouveaux prêtres dimanche 7 mai

(RV) À l’occasion de la 54e journée mondiale de prière pour les vocations, le dimanche 7 mai 2017, le Pape François ordonnera dix prêtres dont six du diocèse de Rome. C’est ce qu’annonce le Vicariat de Rome ce mercredi 3 mai. Le Pape présidera ainsi à 9h15 la messe d’ordination en la basilique Saint-Pierre. A ses côtés, se trouvera notamment le cardinal vicaire Agostino Vallini qui célébrera le vendredi 5 mai une veillée diocésaine pour les vocations en la basilique de Saint-Jean-de-Latran.
Quatre des prêtres ordonnés dimanche viennent du Séminaire pontifical romain majeur. Deux autres viennent du Collège diocésain missionnaire de Rome « Redemptoris Mater ». Les quatre autres diacres sont italiens (des Pouilles ou de Campanie), péruvien et azerbaïdjanais. (XS)

Publié le 2017-05-04

Le pape ne veut pas de téléphone portable à table

Pas de téléphone portable à table ! Le pape François, en visite ce vendredi pour la première fois dans une université publique de Rome, a recommandé, notamment aux jeunes, de cesser de parler avec leurs téléphones portables lorsqu'ils mangent en famille.
«Quand on est à table, qu'on parle avec un autre sur son téléphone, c'est le début de la guerre car il n'y a pas de dialogue !» a lancé le pape, en improvisant un discours de trois quarts d'heure devant un auditoire attentif et enthousiaste de l'université Roma Tre. «Quand je ne suis pas capable de m'ouvrir aux autres, de respecter les autres, de dialoguer avec les autres, la guerre commence», a-t-il insisté. Pour lui, l'université est d'ailleurs l'endroit par excellence pour «dialoguer», «faire un chemin ensemble, sans crier, sans insulter, chercher la vérité, la bonté et la beauté».

«Baisser le ton, parler moins, écouter plus»
«Tant de fois, nous oublions à la maison de dire bonjour, on dit ciao ciao, ces saluts anonymes», a déploré le pontife argentin, en constatant en outre que dans la rue la normalité est de «s'insulter» avec des inconnus. «Nous avons besoin de baisser un peu le ton, parler moins et écouter plus», a-t-il préconisé, notant que «le dialogue qui rapproche les coeurs» constitue «un médicament contre la violence». «Le même phénomène s'observe tant de fois durant les campagnes électorales : avant que l'autre ne finisse de parler, la réponse arrive déjà !» a poursuivi le pape argentin.
Le pape François a aussi critiqué devant les étudiants «une économie liquide», basée davantage sur des transactions virtuelles que sur des emplois réels. «Les jeunes ne peuvent pas travailler, ils ne savent pas quoi faire», a-t-il constaté, en décrivant les «terribles» conséquences du chômage : dépendances, suicides, voire le passage à un acte terroriste «pour faire quelque chose qui donne un sens à ma vie».

Publié le 2017-05-05

Lire la suite des actualités