ACTUALITES

Fanambarana nataon'i Kardinaly Désiré TSARAHAZANA mikasika ny fiatrehana ny fifidiana

Faly miarahaba antsika mianakavy mandre ity fanambaràna ity ny tenako.

Eo anatrehan’ny fifidiana Filoham-pirenenea izay hatrehin’ny Firenentsika afaka volana vitsivitsy, dia tsapa fa efa mihomana sy mihetsiketsika fatratra amin’ny fanaovana fampielezan-kevitra ireo “kandida” ho amin’izany fifidiana izany.

Tsara anefa ny mampahafantatra, ho an’izay tsy mahalala, ary mamerimberina etoana ho an’izay efa naheno, fa ny Eglizy Katolika Romanina dia tsy manana kandidà ofisialy, ary tsy manolotra kandidà. Manaraka izany, raha misy Kandidà mampiasa ny sariko, ny anarako na ny an’ny Eveka rahalahy, atao fitaovana hampielezana hevitra amin’izao fifidianana izao, dia marihiko fa tsy nahazo fankatoavana avy aty aminay, ary tsy ankasitrahanay na oviana na oviana izany.

Adidintsika Malagasy ny mifidy izay olona heverintsika fa afaka hitondra amin’ny fampandrosoana ity Firenentsika ity . Koa manentana ny tsirairay ary ny tenako, mba hifidy ankahalalana izay olona hitany sy tsapany fa tena hanasoa sy hampivoatra marina ny Tanidrazana.

Eto am-pamaranana dia mitsodràno sy mirary soa ny vahoaka Malagasy tsy vaky volo ny tenako, ary mirary dia mirary mba ho ao anatin’ny fitoniana tanteraka sy mba ho eo ambany fitarihan’ny Andriamanitra, no hanatanterahana izany adidy masina izany ho an’ny Tanidrazana izany.

Natao teto Toamasina ny 05 aogositra 2018

Publié le 2018-09-06

Retour du Cardinal TSARAHAZANA : une véritable liesse populaire

Jeudi 12 Juillet 2018 à 9h50, un jet privé atterrit à l’aéroport Ambalamanasy de Toamasina, avec deux passager à bord : le Cardinal TSARAHAZANA et le Vicaire Général du Diocèse de Toamasina. Leur arrivé était prévu à 7h30 avec un vol de l’air Madagascar, pourtant celui-ci a été annulé sans avoir informé le Cardinal et son entourage. Il a fallu donc trouver un autre alternatif pour ne pas perturber le programme déjà mis en place pour son accueil et surtout pour ne pas décevoir l’immense foule qui était déjà sur place à 06h30 pour l’accueillir.

Depuis l’aéroport jusqu’à la Paroisse Cathédrale Saint Joseph, fidèles chrétiens, catholiques ou non, et même d’autres catégories de personnes vivant à Toamasina, sont sortis le long des routes pour accueillir et saluer le nouveau Cardinal de Madagascar.

Cette liesse populaire marque d’abord la joie d’avoir un cardinal avec les nombreuses années d’absence de cette personnalité pour Madagascar.

Puis, nous pouvons lire à travers cette joie aussi la fierté des Tamataviens de voir leur évêque, nommé Cardinal pour Madagascar.

Et il ne faut pas minimiser aussi l’attente de cette foule immense, qui met son espoir au nouveau Cardinal. Avec le contexte actuel de la pauvreté, de l’instabilité politique, de l’insécurité, de la corruption dans tous les domaines, les gens espèrent et croient fermement que ce Cardinal va apporter beaucoup pour changer et améliorer tout cela.

Une image qui nous a grandement frappée est celui d’un musulman, avec un drapeau malgache à la main, qui a suivi le cortège jusqu’à la paroisse cathédrale Saint Joseph.

Prions donc pour le Cardinal TSARAHAZANA afin qu’il puisse accomplir la volonté du Seigneur tout au long de sa vie.
T.O

Publié le 2018-07-13

Le Pape au Consistoire: "la seule autorité crédible est celle qui nait du service"

Le Pape a présidé ce jeudi après-midi un consistoire ordinaire public dans la basilique Saint-Pierre. Une cérémonie au cours de laquelle quatorze nouveaux cardinaux, venant du monde entier, dont fait partie Mgr Désiré TSARAHZANA, ont été créés. Lors de son homélie, le Saint-Père a invité ces cardinaux à toujours recentrer leur regard sur le Christ, afin de mettre le service au cœur de leur mission.

e Pape s’est appuyé sur la phrase tirée de l’Evangile selon Saint Marc : «Les disciples étaient en route pour monter à Jérusalem ; Jésus marchait devant eux » (Mc 10, 32). «Marc nous invite à toujours voir comment le Seigneur prend soin de son peuple grâce à une pédagogie incomparable», a expliqué François.
Jérusalem représente l’heure des grandes déterminations et décisions, et le passage de l’Evangile revient sur ce moment décisif. Face à la troisième et plus dure annonce de la passion, l’Évangéliste ne craint pas de révéler certains secrets du cœur des disciples, a poursuivi le Pape: recherche des premières places, jalousies, convoitises, intrigues, arrangements et accords, une logique qui non seulement mine et corrode de l’intérieur les relations entre eux, mais qui en outre les enferme et les engage dans des discussions inutiles et de peu d’intérêt.

Gare aux tentations de la mondanité et des intrigues
Mais Jésus va plus loin a continué le Saint-Père : il va de l’avant et devance ces disciples. Par ce comportement, le Seigneur cherche à recentrer le regard et le cœur de ses disciples, en empêchant que les discussions stériles et autoréférentielles trouvent place au sein de la communauté.
Et François de lancer un nouveau plaidoyer contre les risques de la mondanité et de la fermeture: «À quoi sert-il de gagner le monde entier si l’on est corrompu à l’intérieur ? À quoi sert-il de gagner le monde entier si l’on vit tous pris dans les intrigues asphyxiantes qui font dessécher et rendent stérile le cœur et la mission ? Dans cette situation – comme quelqu’un l’a fait observer – on pourrait déjà entrevoir les intrigues de palais, y compris dans les curies ecclésiastiques.»
«Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi», avertit le Christ à l’adresse de ses disciples. Cette phrase, a expliqué le Pape, est une «invitation et un effort pour récupérer ce qu’il y a de meilleur chez les disciples», lesquels ne doivent pas être emprisonnés dans des logiques mondaines «qui détournent le regard de l’essentiel».

Le primat de la mission
Cet «essentiel» a précisé le Saint-Père, c’est la mission. La voix du Seigneur fait éviter à la communauté de se regarder trop elle-même au lieu de diriger le regard vers cette priorité.
«Jésus nous enseigne que la conversion, la transformation du cœur et la réforme de l’Église sont et seront toujours d’un point de vue missionnaire» a poursuivi François, qui précise que cette conversion de nos péchés «vise principalement à faire grandir dans la fidélité et dans la disponibilité pour embrasser la mission».
Le Pape a donc invité à ne jamais perdre de vue cette dimension missionnaire, au risque de «perdre de vue le visage concret des frères», de voir notre vie «se renfermer dans la recherche de nos propres intérêts et de nos propres sécurités».

A la suite du Christ, Se mettre au service
Le Souverain Pontife a ensuite commenté une autre phrase tirée de l’Evangile de Saint Marc : «celui qui veut être, parmi vous, le premier sera l’esclave de tous»
Il s’agit « d’une invitation que le Seigneur nous adresse pour que nous n’oublions pas que l’autorité dans l’Église grandit avec cette capacité de promouvoir la dignité de l’autre ». Il nous rappelle que «l’unique autorité crédible est celle qui naît du fait de se mettre aux pieds des autres pour servir le Christ».
Ce service du Christ se fait «dans celui qui est affamé, dans celui qui est oublié, dans le prisonnier, dans le malade, dans le toxicodépendant, dans la personne abandonnée, dans les personnes concrètes avec leurs histoires et leurs espérances, avec leurs attentes et leurs déceptions, avec leurs souffrances et leurs blessures».
Le Saint-Père a conclu son homélie en citant un extrait du testament spirituel de St Jean XXIII, un texte dans lequel son prédécesseur remercie Dieu de «cette grâce de la pauvreté» qui l’a amené à ne rien demander: ni poste, ni argent ni faveur.
Source : Vatican News

Publié le 2018-06-28

L'émotion de Mgr Desiré Tsarahazana, nouveau cardinal de Madagascar

Il est un des quatorze cardinaux créés ce soir en la basilique Saint-Pierre par le Pape. Représentant le continent africain, l’archevêque de Toamasina, Mgr Désiré Tzarahazana, 63 ans, s’est vu remettre la barrette et l’anneau cardinalice, "un honneur" pour la Grande île qu’est Madagascar.

226 cardinaux composent maintenant le collège cardinalice, dont 125 cardinaux électeurs venant de 88 pays des cinq continents. 19 ont été créés par saint Jean-Paul II, 47 par le Pape émérite Benoît XVI et 59 par le Pape actuel. En cinq ans de pontificat, François a remis la barrette cardinalice à des prélats de la curie romaine mais, lui-même originaire d’Amérique latine, il s’est montré soucieux d’honorer des pasteurs du monde entier pour «exprimer l’universalité de l’Eglise».

Un Consistoire qui exprime l'universalité de l'Eglise Ce jeudi 28 juin, parmi les nouveaux cardinaux figurent trois prélats de curie : Mgr Ladaria Ferrer, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, Mgr Angelo Becciu, jusqu’à ce soir substitut aux Affaires générales de la Secrétairerie d’Etat et dès septembre Préfet de la congrégation pour les Causes des saints, et Mgr Konrad Krajewski. En apprenant la nouvelle, l’aumônier pontifical âgé de 54 ans avait assuré cette «pourpre était pour les pauvres».

Les nouveaux cardinaux viennent d’Europe, comme l’Italien Mgr Angelo De Donatis, vicaire du Pape pour le diocèse de Rome, ou le portugais Mgr António Marto, l'évêque de Leiria-Fátima. Ils viennent également d’Asie (Japon), du Moyen-Orient (Irak) ou encore d'Amérique latine (Mexique et Pérou).

L’Afrique est également représentée. Depuis le décès en 2010 de l’archevêque émérite d’Antananarivo, Mgr Armand Gaétan Razafindratandra, et après huit ans d’attente, Madagascar va retrouver un cardinal en la personne de l’archevêque de Toamasina, Mgr Désiré Tzarahazana, 63 ans. Sa voix trahit l’émotion que représente sa nouvelle mission pour lui, mais surtout pour son pays, riche, et pourtant parmi les plus pauvres au monde.
Source : Vatican News

Publié le 2018-06-28

Projet d’autosubsistance du Diocèse de Toamasina

Selon le souhait du Saint-Siège et d’après l’initiative de l’archevêque de Toamasina, le Diocèse cheminerait sur le long chemin de l’autosuffisance. Pour commencer, nous avons entrepris des travaux de construction des bâtiments au nombreux locaux commerciaux, longeant la rue du commerce Ampasimazava Toamasina, endroit idéal pour ce genre d’activité.

Un bâtiment dénommé « Saint Joseph 1 », inauguré en 2017, est déjà en location et deux autres sont en cours de construction. Et nous espérons que cette année 2018, ils seront en activité. Nous savons que les revenus de ces bâtiments ne compenseront à eux seuls les dépenses globales du diocèse, cependant ils apporteront une part non négligeable dans ce projet d’autosuffisance. Ce n’est que le début et il y a encore de long chemin à faire ; immenses sont les travaux qui nous attendent pour parvenir à cette fin.

Nous remercions tous nos bienfaiteurs, qui ne cessent de nous soutenir dans la réalisation de ce projet

Publié le 2018-06-12

Eglise catholique : Mgr Désiré Tsarahazana, Archevêque de Toamasina, nouveau cardinal malgache

(20-05-2018) - Le pape François a annoncé aujourd’hui la création de 14 nouveaux cardinaux dont Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina

Une nomination inattendue. Le Pape François a annoncé ce dimanche de Pentecôte à Rome la création de 14 nouveaux cardinaux. Parmi ces nouveaux princes de l’Eglise figurent un prélat malgache : Monseigneur Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina et non moins président de la conférence des Evêques de Madagascar.

L’annonce de la création de ces cardinaux était inattendue. Le service presse du Vatican indique même qu’elles n’aient été inscrites préalablement dans le texte qui était prévu. Les 14 nouveaux cardinaux seront élevés à la pourpre le 29 juin en la fête de Saint Pierre et Saint Paul.

Il est le quatrième Malgache à être nommé Prince de l’Eglise par le Pape, après le Cardinal Jérôme Rakotomalala, le Cardinal Victor Razafimahatratra et le Cardinal Armand Gaëtan Razafindratandra. Depuis le décès du Cardinal Razafindratandra en janvier 2010, Madagascar n’a pas eu de Cardinal jusqu’à cette nouvelle nomination.

Mgr Tsarahazana sera ainsi le quatrième malgache portant ce titre au sein de l’Eglise catholique après Mgr Jérôme Rakotomalala, Mgr Victor Razafimahatratra et Mgr Armand Gaétan Razafindratandra. Après le décès de ce dernier en janvier 2010, tout le monde attendait que le Saint Père accorde le titre de Cardinal à Mgr Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo comme ce fût le cas pour ses prédécesseurs. Mais François a préféré Mgr Tsarahazana.

Né à Sambava le 13 juin 1955, le nouveau Cardinal a été ordonné prêtre le 28 septembre 1986, après avoir suivi des études au petit séminaire de Mahajanga (1970-1976), puis à Antsiranana (1976-1978) et Antananarivo (1979-1986). A 45 ans, il a été nommé évêque du nouveau diocèse de Fenoarivo Atsinanana le 30 octobre 2000 par le Pape Jean Paul II et son ordination avait eu lieu le 21 février 2001.

Après le décès de Mgr René Rakotondrabe, le Pape Benoît XVI l’a nommé à la tête du diocèse de Toamasina le 24 novembre 2008 et est devenu archevêque en février 2010 lors que ce grand diocèse de l’Est s’est érigé en archidiocèse. En 2012, ses pairs le désignent président de la Conférence épiscopale de Madagascar pour succéder au Monseigneur Fulgence Rabemahafaly, Archevêque de Fianarantsoa de 2006 à 2012.

Lova Rafidiarisoa
© Moov.mg

Publié le 2018-05-20

la Fête du Bon Pasteur 2018

L’Eglise universelle célèbre la fête du Christ Bon pasteur chaque quatrième dimanche de Pâques. Pour le diocèse de Toamasina, cette célébration, comme chaque année a été marquée par une Messe dans l’enceinte du Petit Séminaire Saint Paul Androranga. Elle a été présidée par le R.P Jean Aimé RAKOTOARIMISY, Vicaire Général du diocèse de Toamasina, en l’absence de l’archevêque, toujours retenu par la retraite des évêques de Madagascar qui a eu lieu à Antsirabe, ainsi que la funéraille de S.E Mgr Philibert RANDRIAMBOLOLONA, archevêque émérite de Fianarantsoa.

Dans son homélie, le Père Vicaire Général a souligné l’immenses travaux qui attendent les prêtres vu le nombre des chrétiens qui ne cessent d’augmenter. Par-là, il a insisté sur le fait qu’il faut que les prêtres suivent les pas de Jésus Christ Bon pasteur, qui a tant aimé ses brebis, les nourrir, les chérir et même mourir pour eux si cela est nécessaire.

La fête de Bon Pasteur est aussi une occasion pour tous les chrétiens du diocèse de Toamasina de donner des offrandes, des dons pour soutenir le petit séminaire Saint Paul Androranga, puisque l’année scolaire s’organise comme ceci, en ce qui concerne la subsistance des séminaristes : premier trimestre (subside venant de Rome), deuxième trimestre (économat du diocèse de Toamasina) troisième trimestre (les fidèles chrétiens).

Cette année a été marquée par l’augmentation du nombre des fidèles chrétiens, assistant à la messe et participant aux diverses activités en vue de subvenir le petit séminaire.

Publié le 2018-04-23

Echo de la Messe Chrismale 2018 à Mahanoro

Pour le diocèse de Toamasina, le Mercredi 21 mars 2018 à 18h00 a eu lieu la messe chrismale. Elle se déroulait dans l’Eglise Notre Dame de l’Assomption à Mahanoro. Dans son homélie, l’Archevêque s’adressait spécialement aux prêtres et diacres travaillant dans le diocèse, en leur soulignant l’importance de la cohésion et de la communion autour de l’évêque. Sans cela, il vain de propager la foi car la division est un contre-témoignage de l’évangélisation.

En partant de cela, la messe chrismale de cette année est spéciale vis-à-vis des précédentes car elle a été précédée par une série de réunion à travers laquelle les prêtres travaillant dans le diocèse prouvent leur communion avec l’évêque, de faire un partage d’expériences pastorales, de faire des échanges vis-à-vis de leur situation propre dans les districts, paroisses ou aumôneries.

Dans son discours d’ouverture, le 20 mars 2018, l’archevêque a insisté sur le fait que, dans l’accomplissement de l’immense effort d’évangélisation, la communion est la principale voie menant à la réussite. Malgré le tempérament divers de chacun, il est primordial de se comprendre réciproquement, de se pardonner et surtout de reconnaitre ses erreurs et de se demander pardon.

Chacun ne peut pas travailler tout seul, mais il lui faut toujours collaborer et avec ses confrères et avec les laïcs. Avec le contexte actuel que traverse le pays, en l’occurrence la prolifération de l’injustice et la corruption, il faut que tous soient solidaires, il faut que tous collaborent et travaillent ensemble pour éradiquer ces fléaux qui entrainent la destruction totale de notre pays.

C’était aussi une occasion pour l’archevêque de mettre au point les grands projets du diocèse à savoir la mise en place des pilonnes pour la Radio Catholique Masôva afin qu’elle couvre toute l’étendue du diocèse, la construction d’un hôpital, d’une église à Botanique (Toamasina), d’un presbytère à Ampasimadinika, des bâtiments destinés à l’autofinancement du diocèse et sans oublier la relocalisation du centre catéchétique St Vincent de Paul vers Antsiramandroso dès cette année même.

La rencontre entre les prêtres était aussi une grande occasion de discuter sur les divers sujets brulants touchant la vie de l’Eglise dans le diocèse et même au niveau national, à savoir les nombreux litiges fonciers, la béatification de Lucien BOTOVASOA, la JMJ-MADA IX à Mahajanga et la formation permanente des prêtres qui aura lieu entre 22 – 28 Juillet 2018 et 18 – 22 Octobre 2018.

Les chrétiens du district de Mahanoro sont très satisfaits et contents car c’est la première fois qu’ils voyaient tant de prêtre (01 évêque, 54 prêtres et 3 diacres) à célébrer ensemble la messe chez eux et surtout la messe chrismale qu’ils n’ont jamais eu l’occasion d’assister. L’évènement a été clôturé par un repas familial et fraternel.
(T.O)

Publié le 2018-03-24

Passage du cyclone AVA : Toamasina ravagé à 90%

"Toamasina serait détruit à 90% suite au passage du cyclone Ava", a annoncé le préfet de Toamasina, Cyrille Benandrasana. Le littoral Est n'a effectivement pas été épargné par cette tempête tropicale puisqu'il se trouvait en plein sur sa trajectoire. Accompagné par du vent moyen de 150 km/h, alterné par des rafales de 205 km/h, dans un rayon de 37 km autour de son centre et engendrant de fortes pluies, Ava aura été particulièrement dévastateur.
Le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes déplore la destruction de nombreuses cases, des coupures d'électricité, les poteaux ainsi que les lignes électriques ayant été balayés par le vent, les bas quartiers sont en proie de la montée des eaux et de nombreux infrastructures publiques sont endommagées.
Face à ce constat, l'Etat devra mettre en oeuvre des dispositions afin d'aider la population sinistrée surtout les plus vulnérables, ce qui nécessite aussi l'aide venant des personnes de bonne volonté. (Ma-laza et T.O)

Publié le 2018-01-11

Litige foncier: L'Archevêque de Toamasina hausse le ton contre l'Etat Malgache

La guerre entre l'Eglise catholique de Toamasina et l'Etat se voit au grand jour à cause d'un litige foncier. l'Archevêque de Toamasina, S.E Mgr Désiré TSARAHAZANA a haussé le ton devant le vol de terrain où l'ONG St Gabriel travaille à Analamalotra. l'Archevêque est sorti de don mutisme et a effectué une déclaration devant la presse et les fidèles catholiques avec le aire d'Antetezambaro et les Tangalamena sur place le jeudi 04 janvier 2018.
L'ONG St Gabriel travaille à Analamalotra Antetezambaro depuis 2005. Elle focalise ses actions sociales sur l'alphabétisation, l'accès à l'eau potable, et fournit des blocs sanitaires pour le développement de la population. C'était le ministère de l'Agriculture et de l'Elevage qui a donné le terrain pour que l'ONG puisse y travailler. l'accord a été renouvelé il y a quelques mois, plus exactement le 10 août 2017. Le Président de la République est déjà au courant de cette affaire.
Depuis 2012, des personnes ont voulu accaparer le terrain. L'affaire a été portée devant la justice. Ce qui est vraiment étonnant, selon les responsables au sein de l'ONG, c'est que ces derniers ont pu se procurer un nouveau titre de façon illégale. Des personnes ont même détruit la clôture, la maison du gardien et des maisons de la populations aux alentours.
L'ONG St Gabriel avec le maire d'Antetezambaro, des Tangalamena, l'Archevêque de Toamasina ainsi que des fidèles catholiques ont travaillé de concert pour contrer cet accaparement de terrain mais en vain. Pendant sa déclaration, l'Archevêque de Toamasina a souligné que c'est la population qui est la première victime dans cette affaire. De quel droit ces personnes ont pu empêcher l'ONG de mener leur activité? une question à laquelle tout le monde attend une réponse.
Les Tangalamena ont également exprimé leur désolation devant cette affaire, étant donné que les activités sociales de l'ONG St Gabriel est en suspens. Par ailleurs, le nombre de chômeurs sont en hausse. L'Eglise et les Tangalamena font appel à l'Etat pour qu'il trouve une solution dans ce litige foncier.
(Ma-laza et T.O)

Publié le 2018-01-10

Lire la suite des actualités